Mathieu L’Haridon . Scénographie / Lumière

Matthieu-L'Haridon

Entrevoir l’objet scénique comme un tout. Imaginer les composantes, les systèmes. De l’invisible à l’imposant, de la lueur au palpable, Mathieu L’Haridon suggère l’objet scénique dans sa globalité, comme partie intégrante de la distribution, au service du texte et des buts de l’équipe de création. Telle est la récurrence qu’il applique depuis qu’il a fait le grand écart entre l’informatique fondamentale et l’accompagnement de créations au sein de compagnies telles que Anima Théâtre, Le Bruit des Nuages, Le Théâtre de Cuisine, Tandaim, L’Autre Compagnie,…
Parmi les composantes scéniques, l’objet visuel réside en un lien étroit entre décor et lumière, créant un univers estompable à volonté, pour laisser entendre les mots tout d’abord, et ici, la plainte de la mer.
C’est sur ce chemin qu’il se joint au projet « L’Île Pacifique».