Extrait de texte « L’Île Pacifique »

L’EMBARQUEMENT

CAPITAINE
Embarquement immédiat ! Chargez les vivres, les ballots, les cagettes…
Videz le quai !
Regarde comme elle est belle.
Elle s’est parée de sa plus belle robe.
Elle s’irise et scintille de tous ses feux.
Elle semble si heureuse.
Les alizés ont toujours eu ses faveurs.
Ils sont doux, chauds et constants et savent si bien la mettre en lumière !
Dépêchons, ne laissons pas filer cette hautaine.

PETIT MOUSSE
Baine

CAPITAINE
Si seulement tu savais combien je me languissais ce moment.
Cette fois-ci j’y crois !
Nous allons trouver le bon port, où je ne m’appelle pas Capitaine Auto…to?
Autorisé? Non… autorivé?
Mais comment est-ce que ça finit… Auto…tari? Auto… quoi déjà?

Petit Mousse peine avec une grosse caisse qu’il n’arrive pas à monter à bord.
 
CAPITAINE
Alors petit gastéropode ?
Le mouillage t’a ramolli, il était temps de prendre le large …
Mais qu’est-ce que c’est que ça ?
Mortabelle!

PETIT MOUSSE
Tadelle.

CAPITAINE
Combien de fois t’ai-je dit de répartir le poids ?
Par temps de tempête, les surcharges peuvent rompre les amarres et nous faire couler !
Y a rien à faire ça ne veut pas rentrer dans ta petite calèche.

PETIT MOUSSE
Bèche.

Il le poursuit.

CAPITAINE
Petit insolent! Bon à rien.
Tu ne veux rien apprendre. Tu resteras qu’un moussaillon toute ta vie.
Il le moleste.
Pour la peine, tu souperas tout seul sur le pont.
Tu te nourriras des embruns de la mer.

PETIT MOUSSE
Mais j’ai rien fait.
C’est pas moi qui…

CAPITAINE
Silence!
Équipage déferler les voiles.
Cap vers le grand large.
Lardez les amarres.

PETIT MOUSSE
Apprendre, apprendre… Je ne demande que ça.
Encore faudrait-il m’apprendre.
Des petits poissons volants !
Il essaie de les attraper, certains échouent sur le bateau, il en mange.
C’est délicieux, en plus ils chatouillent.
A la mer. Merci.

Le bateau est sèchement manœuvré. La mer fait une grosse vague d’exaspération.

PETIT MOUSSE
Quand je serai grand, je serai skipper !
Je manœuvrerai si délicatement que tu n’auras plus jamais mal.

Le bateau prend le large. Petit Mousse déballe.

PETIT MOUSSE
Les boîtes de cassoulet à la cuisine.
Le papier toilette dans la cale.
Le savon dans la cale.
Le jambon en chambre froide.
Les boîtes de petits pois à la cuisine.
Le chocolat dans ma poche.
La lessive dans la cale.
Les choux-fleurs en chambre froide.
La petite fille dans les choux-fleurs…

Petit Mousse crie. La petite fille brutalement réveillée crie à son tour.

PETIT MOUSSE
Mais qu’est-ce que c’est que ça ?
Qu’est-ce que c’est que ça ?

PETITE FILLE
Où suis-je?

PETIT MOUSSE
Qu’est-ce que c’est que ça ?
Qu’est-ce que…

PETITE FILLE
Tu l’as déjà dit, une petite fille.

PETIT MOUSSE
Mais qu’est-ce que tu fais là ?

PETITE FILLE
Là! Je ne sais pas.
Mais là ! Je dormais !

PETIT MOUSSE
Mais pourquoi t’es là ?

PETITE FILLE
Parce que tu m’as réveillée pardi !
Où est-ce que je suis ?

PETIT MOUSSE
Sur un bateau.

PETITE FILLE :
Sur un bateau ?
C’est quoi un bateau ?

PETIT MOUSSE
Mais d’où est-ce que tu sors ?

Elle se lève pour visiter le bateau.

PETITE FILLE
De là ! Je te l’ai déjà ….

PETIT MOUSSE la remettant dans la caisse.
Cache-toi !
Tu vas te faire remarquer …

PETITE FILLE
Et alors ?

PETIT MOUSSE
Mais tu ne comprends donc pas ?
Tu ne devrais pas être là !

PETITE FILLE
Mais je suis là.

PETIT MOUSSE
Tu es une clandestine !

PETITE FILLE
Une quoi ?

PETIT MOUSSE
Tu sors de l’œuf, ma parole !
Une clan-des-tine c’est une passagère illégale, qui n’a pas le droit d’être là !

PETITE FILLE
Pourquoi ?

PETIT MOUSSE
Parce que tu n’es pas attendue pardi !

PETITE FILLE
Je n’ai pas demandé à être là.
Si tu ne veux pas que je sois là, tu me ramènes où j’étais !

PETIT MOUSSE
Mais tu es zinzin, ce n’est pas possible de faire demi tour…

PETITE FILLE
Et bien c’est réglé. Je reste.
C’est comment un bateau? En tout cas ça me semble plus commode que la caisse …

Elle gambade sur le bateau, il la rattrape et essaie de la remettre dans la caisse.

PETIT MOUSSE
Mais t’as rien compris !

PETITE FILLE
Avvête tu m’émouffes !

PETIT MOUSSE
S’il te voit, il te jettera à l’eau !

PETITE FILLE
Mais qui il ?
Et pourquoi ?

PETIT MOUSSE
Le Capitaine du bateau.
Capitaine Autoto.

PETITE FILLE
Capitaine Autoto ?!
Ça veut dire quoi, Autoto ?

PETIT MOUSSE :
Je ne sais pas, il ne finit jamais sa phrase.

PETITE FILLE
Mais pourquoi me jeter à l’eau ?
J’ai rien fait.

PETIT MOUSSE
Parce que c’est ce qu’on fait avec les clandestins.
On les jette par dessus bord pour qu’ils se noient !

PETITE FILLE
Mais c’est terrible ! Barbare ! Personne n’a le droit de faire ça.
Je vais aller lui parler.

Les pas du Capitaine approchent, Petit Mousse enferme Petite Fille dans la caisse et s’assoit dessus.

PETIT MOUSSE
Tu veux te taire, un peu ?

CAPITAINE
PETIT MOUSSE ? Mais où est-il encore passé ?
PETIT MOUSSE ?!!
Qu’est-ce que c’est que cette pagaille ?
Dans quel état as-tu réduit ce pont ? Tu n’as rien rangé !

PETIT MOUSSE
Capitaine, vous tombez à pic. Je suis très ennuyé.
J’hésite, je ne sais s’il faut ranger cette citrouille à la cuisine, dans la cale ou en chambre froide ?

CAPITAINE
Une citrouille, voyons voir…
Mais tu te joues de moi. Tu oses te jouer de moi ?
A mon tour de te chatouiller.

Il le poursuit. On entend des sons étranges.

PETIT MOUSSE
Capitaine, Capitaine, vous entendez ?
J’entends sa voix.

CAPITAINE
Moi aussi en effet.
Silence à bord ! Écoutons.
Je ne comprends rien

PETIT MOUSSE
Elle est mécontente.
Elle gronde.

CAPITAINE
Qu’est-ce qu’elle dit ?
Qu’est-ce qu’elle veut ?
Qu’est-ce qu’elle a encore ?

PETIT MOUSSE
Êtes-vous sûr de ne pas vous être encore trompé de cap ?

CAPITAINE
Certain.
Je suis les champs Elysées.

PETIT MOUSSE
Les alizés.

CAPITAINE
Je suis les alizés, oui !
Les a-li-zés ! Les vents que tu préfères.

PETIT MOUSSE
La coque ?
Avez-vous gratté la coque du bateau avant le départ ?
Sinon ça la griffe.

CAPITAINE
On peut s’y contempler comme dans un miroir.
A force de la radouber, elle va fondre comme neige au soleil cette coque.
Ce n’est pas ça, c’est l’arrimage du poids.
C’est n’importe quoi. Ça lui casse le dos.
Regarde où est-ce que tu as posé cette caisse qui pèse un âne mort.

PETIT MOUSSE
Justement je m’en occupais Capitaine.
Je m’en charge immédiatement.

Petit Mousse n’a pas le temps de réagir, déjà Capitaine ouvre la caisse.

CAPITAINE
Mortadelle, une clémentine !

La Petite Fille fait l’âne mort.

PETIT MOUSSE
Capitaine, je crois plutôt que c’est un âne mort.

CAPITAINE
Un âne ? Avec des couettes ?

PETIT MOUSSE
Je crois bien que se sont ses oreilles.
Une, deux, trois, quatre. Et je compte quatre pattes.

CAPITAINE
Quatre pattes en effet.
Qu’est-ce que tu racontes ? Tu m’embrouilles.
Depuis quand les ânes portent des robes ?

PETITE FILLE se redressant
C’est bien vrai ça ! Depuis quand ?

PETIT MOUSSE
Bien évidemment qu’il y a des ânes qui portent des robes, se sont des ânesses !

PETITE FILLE
Personnellement je n’en ai jamais vu.
Je n’ai vu que des ânes au coin.

CAPITAINE
Je suis d’accord avec son analyse.
J’ai plus souvent vu des ânes au coin que des ânesses en robe !

PETITE FILLE
Tu vois.

PETIT MOUSSE
Toi d’abord tu ne devrais pas être là.

CAPITAINE
Mais c’est vrai ça, bougre d’âne ! C’est une clémentine !

PETIT MOUSSE
Cours !

CAPITAINE
Oui courons !
Toi tu pars à bâbord et moi à tribord. On va la coincer.

PETITE FILLE
Lâchez-moi ! Lâchez-moi !

CAPITAINE
Petit Mousse, apporte un bout. On va bien la ligoter.
C’est un véritable vermisseau.

PETITE FILLE
Arrêtez, vous n’avez pas le droit.

CAPITAINE
Je suis le Capitaine et j’ai tous les droits.

PETITE FILLE
Je vais porter plainte auprès de …

CAPITAINE sardonique
Qui ? La SPA ? Brigitte Bardot ?
Alors il vient ce bout ?

PETIT MOUSSE
Je ne le trouve pas.

CAPITAINE
Attends, je vais le chercher.
Toi tu ne bouges pas.

D’instinct elle obéit à l’index et à l’œil noir.

PETITE FILLE
Il va me jeter à l’eau.  Il va me jeter à l’eau.

PETIT MOUSSE
Je vais faire un faux nœud.
Tu pourras le défaire très facilement et nager.
La côte n’est pas encore très loin et la mer est bonne.

PETIT FILLE
Je ne sais pas nager.

PETIT MOUSSE
Tu sais pas nager ?!

PETIT FILLE
La mer c’est l’inconnu.

CAPITAINE
Je l’ai trouvée.
Allez debout damoiselle, on fait moins la fière maintenant.
Quelle petite effrontée, je te vois encore avec les quatre fers en l’air.
Mais qui croyais-tu embobeliner ?
Sache petite mulatrice que la petite mocheté qui trompera le vieux loup des mers que je suis, n’est pas encore née.

PETIT MOUSSE
Capitaine, maintenant il faut aussi me ligoter.

CAPITAINE
Mais pourquoi ça ?

PETIT MOUSSE
Parce que j’ai menti.

CAPITAINE
Comment ça « menti » ?

PETIT MOUSSE
Je savais qu’elle était dans la caisse, que c’était pas un âne et encore moins une clandestine.

CAPITAINE
Comment est-ce tu savais tout ça ?

PETIT MOUSSE
Parce que c’est moi qui l’ai mise dans la caisse.

CAPITAINE
C’est toi qui l’a… Mais pourquoi ?

PETIT MOUSSE
Parce que c’est ma sœur.

CAPITAINE
Ta… ta… ta ta…

PETITE FILLE
Sa sœur.

CAPITAINE
Toi, taratata.
Ta sœur ?

PETIT MOUSSE
Oui Capitaine.
Notre maman est de santé très fragile elle est en incapacité de s’occuper de ma petite sœur alors je lui ai promis que je prendrais soin d’elle comme ça je l’ai dissimulée sur le bateau pensant échapper à votre vigilance mais c’était sans connaître le Grand Capitaine que vous êtes …

PETITE FILLE
Pauvre maman…

CAPITAINE
Vraiment, pauvre petite …
Mortadelle qu’est-ce qui m’arrive ?
Ça suffit !
Fini les aboiements !
Taratata, elle va à la mer pour embarquement illégal et toi pour effraction du code de la navigation.
La loi c’est la loi, car sans la discipline tout se débine.
Petit Mousse, une autre longe!

PETIT MOUSSE
Mais c’est moi, Petit Mousse.

CAPITAINE
Où ai-je la tête ? C’est toi bien sûr.
Alors toi, tu ne bouges plus, tu restes là.
Et toi… Mortadelle, toi non plus.
Alors qui ?
Ah, moi, oui c’est ça, moi je vais chercher une autre longe. Et…

D’instinct ils obéissent à l’index et l’œil noir. La houle vient cahoter le bateau.

CAPITAINE
Vite à la barre ! Équipage baissez les voiles !

PETIT MOUSSE
Mais c’est moi l’équipage.

CAPITAINE
Bon descend les voiles, on reparlera de tout ça plus tard.

CAPITAINE
Qu’est-ce qu’il lui prend tout à coup ?
C’est à n’y rien comprendre.
Faut toujours qu’elle fasse des siennes quand j’ai à faire.
Tu choisis bien ton heure. C’est bien le moment d’être houleuse!
Je travaille moi, je ne peux pas m’occuper de tous tes hoquets.
Je dois digérer l’intendance, défricher les cartes, garder le cap et j’en passe.
Il n’y en a pas un pour aider l’aube.

Petit à petit le calme revient.

PETITE FILLE
Capitaine, je suis désolée de vous avoir causés autant de soucis.
Je suis la seule responsable, Petit Mousse n’y est pour rien.
Il a voulu me sauver, ce n’est pas juste de le condamner.
D’ailleurs vous ne pouvez pas, comment vous allez faire sans lui ?
Vous avez besoin de lui.
Et puis, je vous ai assez fait perdre du temps, allons-y.
Allez zou, le plus vite sera le mieux, de toute façon j’ai le mal de mer.

CAPITAINE
Tu vas bien vite en besogne Petite.
Attend un peu. Ici c’est moi qui décide !
D’abord il faudrait remettre le bateau en ordre.
Tu nous as assez fait perdre de temps, en effet.
Alors pour l’heure rends-toi un peu utile, tu veux ?
Regardez-moi ce capharnaüm !

Capitaine, Petit Mousse s’affairent, Petite Fille groggy range un peu et s’endort.

PETIT MOUSSE
Réveille-toi !

CAPITAINE
Laisse là un peu dormir va.
Y a pas le feu et elle a bien été secouée comme ça.

Il la recouvre.

CAPITAINE
Qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire d’elle ?
Si encore c’était un garçon.

PETIT MOUSSE
Elle pourra m’aider.
Elle pourra briquer le pont, faire la plonge, la lessive, recoudre les voiles.
Tandis que moi Capitaine, je pourrais vous relayer, aux cartes, au sextant… à la barre!

CAPITAINE
Tu as encore tout le temps pour ça.
Mais ton idée n’est pas sans intérêt.
Une petite Mousse Tâche nous serait bien utile.
Ne te réjouis pas trop vite. Vous partagerez ta ration.
Les vivres sont prévus pour deux pas pour trois !
Et ce soir, vous vous nourrirez tous deux….

PETIT MOUSSE
Des embruns de la mer.

Petit Mousse redresse Petite Fille endormie, l’assoit à côté de lui. Elle pose sa tête sur son épaule, il lui ouvre la bouche, puis ouvre la sienne aussi, et ils attendent les embruns.

PETITE FILLE
Merci.

PETIT MOUSSE
Demain, je t’apprendrai à nager