Sabrina Giampetrone . Metteure en scène / Auteure

Le parcours de vie de Sabrina Giampetrone est lié à la Méditerranée. Elle grandit en Grèce jusqu’à l’âge de seize ans. En Italie, pays de ses origines, elle choisit le théâtre après une Maîtrise en Langues Étrangères (Université Aix-Marseille I -1992).
À Marseille, elle suit une Licence d’Études Théâtrales (Université Aix-Marseille I -2003) et se forme auprès de Antonio Fava, Marco Balliani, Mohamed Driss, Sylvain Maurice, Noëlle Renaude, Renaud-Marie Leblanc, Célie Pauthe, François Cervantès…
Elle travaille avec le Théâtre Le Moulin à Paroles et le Théâtre de la Tarasque en Avignon, où elle aborde le répertoire classique en tant qu’actrice (Molière, Feydeau…). Avec Le Transit Théâtre Compagnie à Marseille, elle joue « George Dandin » de Molière.
Elle se sensibilise aux écritures contemporaines avec la Compagnie des Ponts Levants à Martigues. Avec Olivier Saccomano et le Théâtre de la Peste à Marseille, elle joue « J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne » de Jean Luc Lagarce et assiste la mise en scène de «Confession de Stavroguine» de Fédor Dostoïevsky.
Sa collaboration de quatre ans avec le Begat Theater Compagnie lui ouvre une toute autre approche théâtrale, celui du théâtre de rue.
La création collective du spectacle « Le Jardin Aveugle » basé sur le roman de Janet Frame, posera les prémices de son intérêt pour la mise en scène et l’écriture. La proximité avec un public de tout âge ainsi que « l’infraction » du théâtre dans l’espace public, seront deux autres aspects de cette expérience qui feront écho dans sa démarche artistique personnelle.
Avec la Compagnie du Nom Dit (Paris), elle joue « Hypsipyle » d’après Euripide avec un retour en Grèce.
Elle est également sollicitée comme metteure en scène dans le cadre de projets de Marseille-Provence 2013 et du P.A.C (Pôle Artistique et Culturel) à Aubagne, mais aussi dans le cadre d’un partenariat avec la Norvège pour sa participation au festival (itinérant) Kunstikit.
La création de la Compagnie émerge du désir de créer le lieu d’un questionnement issu d’une biographie de migration qui très tôt l’a confrontée à l’altérité, la différence, l’exil.
Elle est l’endroit de la mise en forme de réflexions sur l’intime, de tout ce qui agite l’humain dans sa multiplicité pour élaborer du poétique, du sens qui se donnent en partage, à éprouver ensemble.